François de Rugy a acheté 4 appareils à raclette avec l’argent des français. N’a t-il point d’argent ?

LE SCAN POLITIQUE – Epinglé mercredi pour ses dîners fastueux et ce jeudi pour de coûteux travaux dans son appartement ministériel, l’ex-président de l’Assemblée avait déjà fait l’objet de révélations en 2018.

François de Rugy récidiviste? Cette semaine, Mediapart l’accuse d’avoir organisé de copieux dîners et de coûteux travaux dans son appartement ministériel, financés par de l’argent public. Mais le train de vie de l’ancien président de l’Assemblée nationale avait déjà été pointé du doigt en juillet 2018. François de Rugy avait eu à se justifier de certaines dépenses -bien que légales- effectuées sur fonds publics, dévoilées par un article du Parisien.

Un mariage à l’hôtel de Lassay

Fin décembre 2017, l’actuel ministre de l’Ecologie avait organisé son déjeuner de mariage à l’hôtel de Lassay. «Il a tout réglé avec son propre argent. Et la réception a eu lieu dans un salon privé de son logement de fonction», avait justifié son entourage. Pourtant, le choix de l’hôtel résidentiel des présidents de l’Assemblée nationale pour accueillir les festivités n’avait pas fait l’unanimité. «Je n’y étais pas favorable», avait avancé un de ses collaborateurs.

Soirée raclette entre collègues

Publicités

François de Rugy avait également dû se justifier de l’achat de quatre appareils à raclette et trois jeux de huit spatules pour verser le fromage, d’un montant total de 200,57 euros. Le matériel, acquis à l’occasion d’un dîner de fin d’année au cabinet, avait été passé en note de frais et remboursé par l’Assemblée nationale. Rugy avait répondu aux accusations, allant jusqu’à qualifier cette polémique de «non-événement».

Un vélo elliptique

Une autre affaire avait interrogé: l’achat d’un vélo elliptique d’une valeur de 768,99 euros, défrayé par l’Assemblée. François de Rugy s’était justifié en arguant qu’il ne pouvait «pas sortir faire un footing dans la rue sans un officier de sécurité» et avait donc «opté pour un vélo». Cette dépense avait été présentée comme nécessaire au maintien d’une activité physique du président de l’Assemblée en raison d’horaires «peu compatibles avec la salle de sport».

Un troisième chauffeur

L’emploi d’un troisième chauffeur par François de Rugy pour réaliser les allers-retours entre Paris et sa circonscription de Nantes avait aussi été largement critiqué. «Les distances pour se rendre à son domicile personnel à Nantes (Loire-Atlantique) ne sont pas les mêmes que son prédécesseur, Claude Bartolone (NDLR: élu de Seine-Saint-Denis)», avait expliqué son entourage. Quant à Rugy, il avait rajouté: «Ce sont les chauffeurs eux-mêmes qui m’ont expliqué qu’ils devaient être trois pour assurer correctement le roulement, la distance entre Nantes et Paris étant importante».

source

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Average rating / 5. Nombre de votes:

Laisser un commentaire

Nous recherchons des citoyens afin de relier les informations, actions, manifestations et même la vie des « Citoyens Jaune En Colère » dans toutes la France

Nouvel utilisateur ?


*Champ requis

email contact : contact@gjn.fr
email administrateur : admin@gjn.fr