Toulouse : Acte 34, il dissimule son visage, condamné à 140H de TIG

Un homme de 25 ans qui dissimulait son visage lors de la manifestation des Gilets jaunes, samedi 6 juillet, à Toulouse, a été condamné à une peine de 140 heures de travail d’intérêt général, par le tribunal correctionnel.

Un restaurateur saisonnier originaire de Saint-Etienne a été condamné, lundi 8 juillet, à 140 heures de travail d’intérêt général pour avoir dissimulé volontairement son visage lors de la manifestation des Gilets jaunes, samedi 6 juillet à Toulouse. Le tribunal correctionnel a également condamné ce prévenu de 25 ans pour rébellion contre un policier lors de son interpellation.
Samedi dernier, lors de l’acte 34 de la mobilisation des Gilets jaunes qui a vu environ 450 manifestants dans les rues du centre-ville, Ilyes est vêtu de noir. Un tee-shirt sombre lui cache le visage ce qui constitue un délit passible d’une peine de 1 an de prison et de 15 000€ d’amende. Vers 17h50, sur les allées Jean-Jaurès et alors que l’ordre de dispersion vient d’être donné, Ilyes se trouve toujours sur zone au milieu des « Streets medics ». Un policier se porte à sa hauteur pour l’interpeller. Il le repousse, « un geste d’esquive », précise dans son box le prévenu qui réfute toute violence envers le fonctionnaire.

Des gants pour ramasser des grenades lacrymogènes ?

À deux reprises, il échappe au policier et se retrouve bloqué par une colonne de CRS. Le jeune homme se laisse maîtriser, faisant le mort et en pesant de tout son poids mais selon lui, « sans résister ». Arrivé depuis l’Ariège, Ilyes devait se rendre à Toulouse pour jouer de la musique le soir même. « J’ai mis des vêtements et mon tee-shirt noué autour de ma bouche à cause des gaz lacrymogènes».
– « Et les gants ? », interroge la présidente Myriam Viargues. Avec la chaleur de ce week-end, difficile d’en justifier le port. À moins que ce ne soit pour ramasser les grenades lacrymogènes et les lancer vers les forces de l’ordre…

Proche des activistes de l’ex-ZAD du Testet, dans le Tarn

Publicités

Pas vraiment militant au sein des Gilets jaunes mais solidaire des mouvements sociaux en tout genre, Ilyes est décrit comme « travailleur » et proche des activistes de l’ex-ZAD du Testet, dans le Tarn. « Je n’ai pas envie d’aller en prison car c’est une perte d’argent pour moi et puis on y fait de mauvaises rencontres ». Le ministère public requiert 2 mois de prison ferme à son encontre. Son avocate, Me Elodie Bayer, s’indigne contre les 500€ de dommages et intérêts demandés par le policier qui s’est porté partie civile, « alors qu’il n’a pas la moindre blessure ». Finalement, son client est condamné à 140 heures de travail d’intérêt général à effectuer dans un délai de 18 mois. Dans le cas contraire, c’est une peine de 6 mois de prison qui l’attend. Le tribunal a jugé recevable la constitution de partie civile du policier auquel Ilyes devra rembourser 100€ au titre des dommages et intérêt.

source

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Average rating / 5. Nombre de votes:

Laisser un commentaire

Nous recherchons des citoyens afin de relier les informations, actions, manifestations et même la vie des « Citoyens Jaune En Colère » dans toutes la France

Nouvel utilisateur ?


*Champ requis

email contact : contact@gjn.fr
email administrateur : admin@gjn.fr