Glyphosate : c’est reparti pour cinq ans d’autorisation !

La décision était attendue depuis des mois, le couperet est tombé : la Commission européenne a obtenu la majorité qualifiée pour que le glyphosate soit autorisé cinq ans de plus… jusqu’en 2022. La France lui a emboîté le pas en rejetant finalement son interdiction après une certaine cacophonie. La déception et la colère des ONG de défense de l’environnement et de notre santé est très importante.

27 novembre 2017 : cette journée était cruciale pour l’avenir de l’herbicide le plus vendu au monde. A priori, la mobilisation de la société civile et la pression médiatique devaient faire pencher la balance pour une sortie du glyphosate, cet herbicide notamment présent dans le Roundup et fabriqué par Monsanto. En France, près de 8 personnes sur 10 réclamaient une interdiction immédiate du glyphosate.

79% des Français sont pour une interdiction immédiate du glyphosate (sondage SumofUs, octobre 2017) et l’Initiative citoyenne européenne pour interdire le glyphosate a dépassé le million de signatures (1 320 517 exactement)

Publicités

« Tout convergeait vers une interdiction : la pression des citoyens qui réclamaient la sortie du glyphosate, de nombreuses organisations dont des associations d’anciens agriculteurs malades, des députés français et européens, le scandale des Monsanto papers, la polémique autour de l’évaluation scientifique… Cela n’aura pas suffi » s’indignent Générations Futures, Foodwatch et la Ligue contre le cancer. Il y a effectivement un fossé, qui s’est encore un peu plus creusé, entre les aspirations des peuples à vivre en bonne santé et les décisions politiques.

Les trois ONG ajoutent : « Les arguments ne manquaient pas pour faire interdire le glyphosate sans attendre. Il a été classé parmi les cancérigènes probables chez l’homme le 20 mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondiale de la santé. En accordant un sursis supplémentaire à Monsanto, Bayer et compagnie, la Commission européenne balaie le principe de précaution et la santé du revers de la main, de même que la voix des millions de citoyens qui ne veulent plus de l’herbicide le plus controversé de la planète ». Seul bémol, et de taille, l’EFSA (agence européenne de sécurité des aliments) ne considère pas le glyphosate comme cancérigène.

Résultat des votes pour ou contre l’autorisation du glyphosate

18 pays européens (sur 28) ont voté pour une nouvelle autorisation de 5 ans du glyphosate, notons que la France avait tout de même voté contre. Voici la répartition des votes :

VoteNombre de paysPart de la population européennePays
POUR18 Etats membres65,71 %Bulgarie, Allemagne, République tchèque, Danemark, Estonie, Irlande, Espagne, Lettonie, Lituanie, Hongrie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Finlande, Suède, Royaume-Uni
CONTRE9 Etats membres32,26 %Belgique, Grèce, France, Croatie, Italie, Chypre, Luxembourg, Malte, Autriche
ABSTENTION1 Etat membre2,02 %Portugal

Sur le même sujet :

C’est le revirement de l’Allemagne qui a fait basculé le vote en faveur du renouvellement de l’autorisation du glyphosate.

Pour Michèle RIVASI (députée européenne écologiste et biologiste), ce « vote sur le renouvellement de l’autorisation de commercialisation du glyphosate ce jour pour 5 ans est un échec retentissant« . La député accuse : « cette scandaleuse saga du glyphosate démontre la faillite de l’évaluation au niveau des agences européennes (…) Notre ambition est de revoir l’expertise scientifique au niveau des agences sanitaires en exigeant des méthodes d’expertise bien définies, la crédibilité des données prises en compte, le libre accès aux résultats des études industrielles (trop souvent et abusivement protégées par le seau du secret des affaires) et l’indépendance des experts recrutés (en purgeant tout ceux ayant des conflits d’intérêts). »

Pour Carmen Etcheverry, chargée de mission chez France Nature Environnement, « cette proposition de la Commission européenne n’apporte rien de plus qu’une simple prolongation de l’autorisation et c’est intolérable. Il n’y aura donc pas de plan d’accompagnement des agriculteurs pour sortir de leur dépendance au glyphosate. Les cinq ans s’écouleront et nous n’aurons toujours pas d’alternatives à proposer à notre agriculture« .

La France devait interdire le glyphosate dans 3 ans

En France, la balle était dans le camp du gouvernement qui « doit maintenant mener le pays vers une sortie du glyphosate, en accompagnant les agriculteurs, comme il s’y est engagé et ce, indépendamment du verdict de la Commission européenne » soulignent Générations Futures, Foodwatch et la Ligue contre le cancer.

En effet, la secrétaire d’État Brune Poirson avait promis que la France sortirait du glyphosate avant 5 ans quel que soit le vote. Un engagement réaffirmé par le président Macron qui a annoncé, à l’issu du vote de la Commission Européenne, que le glyphosate serait interdit « au plus tard » dans trois ans en France, le temps de mettre en place « des alternatives ». Et pourtant…

la France renie ses engagements

Et pourtant, une nouvelle fois, le sempiternel adage « les promesses n’engagent que ceux qui y croient » se vérifie : le projet de Loi Agriculture et Alimentation (loi issue des Etats Généraux de l’Alimentation) débattu à l’Assemblée nationale du 22 au 29 mai 2018 s’est vu retirer la proposition d’amendement pour interdire le glyphosate du rapporteur de la Loi, M. Moreau…
Autrement dit, la France suivra l’Union Européenne, malgré une pétition qui avait recueilli plus de 200 000 signatures et qui était soutenue par 34 organisations de la société civile.

Confirmation a été apportée le 15 septembre 2018 en pleine nuit à l’Assemblée Nationale : 42 députés (sur 80 présents) ont une nouvelle fois rejeté, l’ensemble des amendements visant à interdire le glyphosate d’ici trois ans.
Sans surprise, ce sont les députés de la République en Marche, du MODEM / UDI et de la droite qui ont rejeté cette interdiction.

Le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert était soutenu par le rapporteur Jean-Baptiste Moreau (LRM), qui considère que cette interdiction « ne sert à rien« .

Le couperet est tombé avec une déclaration du président de la République jeudi 24 janvier 2019 : « Je sais qu’il y en a qui voudraient qu’on interdise tout du jour au lendemain. Je vous dis : un, pas faisable, et ça tuerait notre agriculture. Et même en trois ans on ne fera pas 100 %, on n’y arrivera, je pense, pas ».


Auteur
Christophe Magdelaine

 Christophe Magdelaine / notre-planete.info

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Average rating / 5. Nombre de votes:

Laisser un commentaire

Nous recherchons des citoyens afin de relier les informations, actions, manifestations et même la vie des « Citoyens Jaune En Colère » dans toutes la France

Nouvel utilisateur ?


*Champ requis

email contact : contact@gjn.fr
email administrateur : admin@gjn.fr